La région de la Vénétie fait marche arrière sur la demande du Green Pass pour l'accès à l'hôpital (mais ne le dit pas aux citoyens)

La région de la Vénétie fait marche arrière sur la demande du Green Pass pour l'accès à l'hôpital (mais ne le dit pas aux citoyens)
(Temps de lecture: 1-2 minutes)

Apparemment la question que nous avons posée au garant de la vie privée sur la licéité de demander un laissez-passer vert pour l'accès à l'hôpital a donné ses résultats et une note arrive du haut de la régie régionale de la santé : un premier résultat, qui n'est pourtant pas communiqué de manière adéquate. Qui sait pourquoi hein ?

Fondamentalement, il est communiqué qu'un visiteur de l'hôpital ne peut pas être obligé de montrer le laissez-passer vert. Le saviez-vous? Est-ce que quelqu'un, un journaliste en a parlé ?

Si, en introduisant des mesures préjudiciables à la vie privée - et qui portent également atteinte au droit des personnes d'aider leurs proches dans le besoin - claironne dans la presse et s'assure que tout le monde sache, alors il faut faire de même lorsque, peut-être battu au mérite de la mesure, nous reculons.

Le président Zaia avait déjà admis il y a quelques jours, dans une interview plus large, "nous avons été rappelés par le garant de la vie privée car nous demandons le laissez-passer vert pour entrer dans l'hôpital". Cela s'est produit à la suite de l'action promue par notre association pour signaler certains faits qui, à notre avis, impliquaient des irrégularités.

Maintenant, nous apprenons une note émise par le directeur de la santé de la Vénétie, comme nous pouvons le lire dans la pièce jointe, MAIS AUCUNE NOUVELLE N'EST PARVENUE AU PUBLIC DE CETTE NOUVELLE. Personne n'a pensé à écrire "demander le laissez-passer vert à l'hôpital est contre la vie privée". Aucun titre de journal n'a informé les citoyens de ce repentir.
La seule preuve en est un document circulant en interne dans les services.

Si les dispositions de la région étaient et sont illégitimes, ces changements, ces clarifications sur la documentation qu'il est ou non légitime d'être demandé doivent être communiqués de manière adéquate aux citoyens qui ont le droit de savoir et de savoir ce qu'ils peuvent refuser leur consentement à.

Nous n'en sommes pas tout à fait là.

En outre, nous procéderons à d'autres demandes d'informations complémentaires au garant concernant l'ensemble du protocole régional également dans des environnements tels que le RSA et les centres pour personnes handicapées, les lieux où nous recevons des rapports de discrimination et d'atteintes aux droits tels que l'inclusion et le droit à l'aide.

Dans les prochains jours, nous publierons la lettre ouverte que nous enverrons à la Région en connaissance de cause également au garant de la vie privée ainsi que le rapport sur l'ensemble du calendrier actuel du secteur de la santé.

Personnel de Corvelva


des garanties