Qu'avons-nous trouvé dans le vaccin MMRV (Priorix Tetra)?

Qu'avons-nous trouvé dans le vaccin MMRV (Priorix Tetra)?

Nous voulons faire le point avec vous sur la situation. Huit mois se sont écoulés depuis juillet 2018 et dans ce laps de temps, nous avons obtenu des résultats extrêmement satisfaisants. Nous avons présenté un programme de recherche et en ce qui concerne l'analyse des vaccins, nous sommes en mesure de faire un point de référence, avec les objectifs atteints, ceux en cours de finalisation et ceux uniquement prévus pour l'instant.

Pour commencer, les analyses de 2 composés pour chaque vaccin ont été vérifiées au moyen d'étalons, en utilisant des étalons de contrôle certifiés avec une concentration de l'ordre de microgrammes / mL. Les composés que nous avons choisis sont parmi ceux connus pour leur profil de risque critique. Nous parlons d'une quantité cumulée, une quantité totale de celles reconnues comme identités et de celles à identifier, qui peut être estimée dans l'ordre de 50 microgrammes / mL, contrairement aux directives EMA / FDA.

Ces tests ont donné des résultats positifs, ils confirment donc pleinement la méthode d'analyse! Les contaminations observées sont probablement dues à des phénomènes et sujets de processus de fabrication différents et variables. Ce qui a été observé au cours des études est une variation "inter-lots" de la composition, ce qui nous fait supposer que certaines étapes du processus de fabrication du produit sont difficiles à contrôler.


Tableau récapitulatif montrant les résultats des analyses (Priorix tetra)

  1. Antigènes - 3 virus atténués sur 4 ont été identifiés et séquencés. La rubéole a été détectée dans un très faible nombre d'exemplaires. Les virus de la varicelle, des oreillons et de la rougeole ont des mutations plus élevées, probablement dérivées de l'atténuation d'un grand nombre de variantes mineures (quasi-espèces).

  2. Contaminants chimiques (signaux) - 115-173 (29-43% connus)

  3. Toxines chimiques - NON

  4. Contaminants protéiques - Protéine de liaison au calcium de la sarcoplasmine, Actina et Vimentina

  5. Contaminants peptidiques libres - NON

  6. ADN / ARN résiduel provenant de cellules en culture - Quantité totale d'ADN: 1.7-3.7 μg / dose, dont 80% étaient humains (ADN / ARN fœtal humain de la lignée cellulaire MRC-5). Autre quantité d'ADN: poulet

  7. Virus adventices - Rétrovirus endogène humain K, virus de l'anémie infectieuse équine, virus de la leucose aviaire, HERV-H / env62

  8. Autres contaminants microbiens - Protéobactéries, nématodes-helminthes

  9. Traitement des résidus de matériel génétique - NON

Informations détaillées sur les vaccins analysés

Priorix Tetra (GlaxoSmithKline) 1 Étude du profil de composition chimique 2

  1. Le lot n ° 1 et le lot n ° 2 sont différents à bien des égards, 115 signaux contre 173 signaux détectés. Une quantité très différente de 3 signaux 4 (Composés).

  2. Ce qui devrait nous concerner, c'est oui ce que nous avons trouvé, c'est-à-dire les signaux connus, mais aussi et surtout ceux non identifiables car nous sommes dans le domaine des hypothèses et peuvent être n'importe quoi. (entre 29 et 43% est connu)

  3. Les deux lots contiennent des traces qui peuvent être quantifiées entre nanogrammes et microgrammes comme un ordre de grandeur indicatif, c'est-à-dire au-dessus du seuil normalement défini comme résiduel (en dessous des nanogrammes). Ces données sont importantes car certains composés sont hautement toxiques, d'autres sont des allergènes connus et d'autres sont très probablement des molécules pharmaceutiques qui, si elles sont présentes dans les vaccins, doivent être signalées dans la fiche technique et quantifiées.

  4. Dans les deux lots de produits, des protéines potentiellement issues du processus de purification, d'origine humaine et animale, ont été détectées, ce qui peut donner des phénomènes d'hypersensibilité et d'allergie, notamment avec les boosters, mais aussi une auto-immunité en raison de la similitude avec les protéines humaines.

  5. Les deux lots contiennent des traces pouvant être associées à différents antibiotiques (dont certains ne sont pas autorisés, par exemple les dérivés de la pénicilline et de la céphalosporine car ils sont hautement allergènes), les herbicides, les acaricides et les métabolites de la morphine.

Étude du profil métagénomique 5

Les tests métagénomiques du vaccin "Priorix Tetra" ont présenté une population de virus mutants, pour chaque virus atténué, appelés quasi-espèces. Les variantes génétiques des antigènes vaccinaux pourraient modifier de manière significative à la fois l'innocuité du vaccin et son efficacité. De plus, il existe de sérieux dilemmes non seulement de nature médicale et scientifique mais aussi de nature éthique; nous énumérons ci-dessous les points qui nous intéressent le plus:

  1. La quantité d'ADN: La présence d'ADN fœtal a été confirmée en grande quantité: 1.7 μg sur le premier lot et 3.7 μg sur le deuxième lot, environ 325 fois plus élevé que la limite maximale de 10 nanogrammes et jusqu'à 325,000 10 fois plus élevé que le limite minimale de XNUMX picogrammes, limites que l'EMA nous a dit de ne se référer qu'aux cellules connues pour leur activité cancérigène. 6-7

  2. Taille de l'ADN: Nous avons déterminé plus précisément la taille des fragments d'ADN détectés et il a été établi que l'ADN contenu a un poids moléculaire de 20,000 60,000/XNUMX XNUMX pb. Cela signifie essentiellement qu'il n'y a pas de "fragments" d'ADN dans ce médicament, c'est-à-dire dégradés, mais un génome intact, appartenant à un être humain masculin, confirmé par la comparaison entre l'ADN fœtal du vaccin
    et celle de la lignée cellulaire MRC-5 utilisée pour la production du vaccin.

  3. Non détection du virus de la rubéole: avec le niveau de séquençage utilisé pour le dépistage, il n'a pas été possible de détecter le virus de la rubéole. Comme il y avait un doute qu'il s'agissait d'une erreur dans la procédure utilisée, le niveau de séquençage a été augmenté de manière significative à une profondeur très élevée (260 millions de séquences produites). De cette façon, le virus de la rubéole a été détecté en 114 exemplaires, soit 0.00004% du total des séquences et grâce à une lecture manuelle des séquences, il a été possible d'éliminer toute source d'erreur du logiciel utilisé et de confirmer définitivement le (minimum) présence de rubéole dans l'échantillon. Cependant, cette procédure a également permis d'identifiervirus fictifs présent en faible nombre de copies, et ce qui a été vu est que le nombre de copies des virus adventices dépasse celui du virus de la rubéole.

  4. Il y avait donc deux autres questions très importantes à résoudre:

    1. La rubéole contenue dans le vaccin est-elle en quantité suffisante pour produire un effet immunogène ou peut-elle être considérée comme un seuil inférieur (c'est-à-dire une contamination accidentelle)?

    2. Les virus adventices sont-ils vraiment présents? Si oui, peuvent-ils être dangereux?

En ce qui concerne le point 1), on peut fortement remettre en cause la capacité du virus de la rubéole atténuée à agir comme un antigène immunogène, pour la quantité négligeable et pour l'atténuation qui affaiblit encore son efficacité. Cet aspect doit être étudié car il existe un risque réel que de nombreux vaccins sur le marché ne immunisent pas et ne soient donc pas efficaces, ne contenant pas ce qui est indiqué dans la fiche technique.

Concernant le point 2), ou la présence de virus adventices: pour le confirmer, il a fallu vérifier manuellement les séquences une par une à l'aide d'un logiciel différent (BLAST). Il a ainsi été possible deconfirmer la présence des rétrovirus contaminants suivants: 8

  • Séquences de rétrovirus endogène humain K - 32
  • Virus de l'anémie infectieuse équine - 2 séquences
  • Virus de la leucose aviaire - 2 séquences
  • HERV-H / env62 - 4 séquences

Ces virus sont connus pour être des contaminants vaccinaux accidentels et sont connus pourêtre potentiellement dangereux, c'est pourquoi les fabricants sont tenus de vérifier qu'ils sont complètement absents du vaccin.

Il s'ensuit que cette analyse approfondie de ce vaccin confirme deux non-conformités sur l'efficacité et la sécurité:

  1. La présence de rubéole dans un très faible nombre d'exemplaires (sous-seuil)

  2. La présence de virus adventices potentiellement dangereux Ce qui certifie qu'il n'y a pas de contrôle adéquat sur les vaccins car s'il y en avait eu, ces éléments auraient été détectés.

N'oubliez pas les directives EMA 9-10-11 qui stipule que les lectures de virus "étrangers" doivent être ABSENTES, donc même pas une copie n'est autorisée.
De plus, la présence d'une quantité non résiduelle d'ADN fœtal humain est reconfirmée, afin de faire de cette impureté un véritable constituant du vaccin, qui doit être reporté dans la fiche technique et quantifié.


Références:

  1. https://drive.google.com/file/d/1cNtdBczAX1-xowPEDep1kZOjy84IypAB/view
  2. Par "connu", on entend que les signaux relatifs à un composé de poids moléculaire donné, présents dans les bases de données, génèrent une ou plusieurs associations possibles avec des structures chimiques connues.
  3. le spectre de masse représente l'abondance relative des ions en fonction de leur rapport masse / charge; un composé peut générer plus d'ions et donc plus de signaux, en particulier plus le poids moléculaire de la molécule est élevé, plus il génère de signaux.
  4. https://drive.google.com/file/d/1isH0XIWLCF0zEaossjrvmltEdNpXoBN-/view
  5. Deisher TA, Doan NV, Koyama K, Bwabye S. Relation épidémiologique et moléculaire entre la fabrication du vaccin et la prévalence du trouble du spectre de l'autisme. Issues Law Med.2015 Spring; 30 (1): 47-70. PubMed PMID: 26103708.
  6. Jarzyna P, Doan NV, Deisher TA. Mutagenèse par insertion et maladie induite par l'auto-immunité causées par des toxines résiduelles fœtales et rétrovirales humaines dans les vaccins. Issues Law Med.2016 Fall; 31 (2): 221-234. PubMed PMID: 29108182.
  7. https://drive.google.com/file/d/185ItJ01AN7dEEvSq1VLKopTgdwZOCdry/view
  8. https://www.ema.europa.eu/en/documents/scientific-guideline/ich-q-5-r1-viral-safety-evaluation-biotechnology-products-derived-cell-lines-human-animal-origin_en.pdf
  9. https://www.ema.europa.eu/en/documents/scientific-guideline/guideline-virus-safety-evaluation-biotechnological-investigational-medicinal-products_en.pdf
  10. https://www.ema.europa.eu/en/documents/scientific-guideline/ich-q-6-b-test-procedures-acceptance-criteria-biotechnological/biological-products-step-5_en.pdf